Ouest France – 25 Avril 2015. Ce second article présente également ce moment important qu’est la pose de la première pierre du programme immobilier « les Terrasses Marines », situé sur la rive droite de la Rabine, prolongement du port de Vannes. Il annonce également le lancement prochain de la construction d’un autre projet dans le centre-ville de Vannes : la Villa Cosy, dont les appartements ont presque tous trouvé acquéreur.

L’opération lancée par la société immobilière vannetaise Cefim concerne dix logements de standing

premiere-pierre-pour-les-terrasses-marines

Le Golfe du Morbihan et plus spécifiquement la Ville de Vannes plaît. Pour preuve, les projets immobiliers de standing qui se multiplient. Ainsi, hier, la pose symbolique de la première pierre d’une opération menée par la société vannetaise Cefim, boulevard De-Lattre-de-Tassigny, face à La Rabine, a été réalisée.

Baptisée Les Terrasses Marines, elle compte dix logements allant du T2 au T5, huit garages et dix parkings extérieurs. « C’est un succès, a indiqué Julien Le Louer, de la société Cefim. Il ne nous reste plus que le logement T5 situé au dernier étage à commercialiser. D’une superficie de 135 m2, il a également trois terrasses d’une surface cumulée de 60 m2. »

La clientèle est plutôt composée de quinquagénaires ou sexagénaires de la région qui souhaitent se rapprocher du centre-ville et des commodités mais aussi d’habitants de la région parisienne qui veulent, à l’âge de la retraite, trouver une certaine quiétude. « Nous proposons donc des programmes à taille humaine et particulièrement qualitatifs. » D’où un prix qui atteint les 4 900 € le mètre carré. L’ensemble sera livré au troisième trimestre 2016.

La Cefim va également démarrer les travaux en juin prochain, d’une autre résidence de huit appartements rue du Moulin à Vannes. Là encore la commercialisation – 4 500 € le mètre carré – va bon train puisqu’il ne reste plus que deux appartements dont un dernier étage. Cette résidence Villa Cosy va démarrer fin 2016 pour livraison début 2017.

© Ouest France – Voir l’article en ligne, ou le télécharger au format pdf.